Centrale hydroélectrique de Mottec

Centrale hydroélectrique de Mottec

Dernière mise à jour le par Adriana Tenda Claude

Extrait du Parcours Historique de Mottec (Poste n. 1) - Réalisé par Georgine Hubscher et Adriana Tenda Claude

 

PICT0010.jpg

  

   Mottec, avant la construction de la centrale, dans les années 1940-1950

   Carte postale de Marco Epiney

 

 

 

 

La centrale hydroélectrique de Mottec, dont les travaux de construction ont débuté en 1954, a été mise en service en 1959. Elle fait partie de l’aménagement des Forces Motrices de la Gougra qui exploitent les eaux des vallées d’Anniviers et de Tourtemagne. Sa construction eut un impact déterminant pour le développement structurel de la vallée, mais contribua également au grand changement du mode de vie des Anniviards.

Cette centrale a la particularité d’être équipée, non seulement de trois groupes de turbines et alternateurs pour la transformation de l’eau en énergie électrique, d’une puissance installée de 69 MW, mais également de deux puissantes pompes permettant de remplir le lac de Moiry, situé 600 mètres plus haut, avec de l’eau de la Navisence et des bassins versants de Tourtemagne.

Le complexe ne se limite pas au barrage de Moiry, qui peut retenir 77 millions de m3, et de celui de Tourtemagne, avec ses 750 000 m3. Il se compose aussi d’un réseau de galeries d’amenée, creusées à même la roche, de conduites forcées et de puits blindés. Les eaux ainsi acheminées vers les trois centrales hydoélectriques, situées à Mottec, Vissoie et Chippis, permettent d’exploiter au maximum l’énergie accumulée. Ce ne sont pas moins de 130000 ménages qui peuvent profiter de l’électricité produite chaque année.

Le bassin de compensation de Mottec, d’une capacité de 150000 m3, permet à la centrale de Vissoie (palier inférieur) une certaine souplesse de production.

 

Cette page est en construction et nous invitons toutes les personnes qui veulent contribuer à son élaboration à prendre contact avec Anniviers Tourisme.

© Anniviers Tourisme - Web-design et création Yanis Chauvel