Phare de Griolet

Phare de Griolet

Dernière mise à jour le par Adriana Tenda Claude

Extrait du Parcours Historique de St-Luc (Visites suggérées) - Réalisé par Willy Théler en collaboration avec Simone Salamin

 

image

Phare de Griolet

 

Depuis Tignousa, prenez le chemin qui mène à la Bella-Tola, puis poursuivez en direction du Rothorn et du phare. Comptez environ 3 heures de marche.

La première pierre du phare, pourquoi ne pas l’appeler « sémaphore alpestre », aurait dû être posée à l’occasion d’une grandiose fête organisée par un aristocrate apparenté aux Bourbons, le franco-genevois Ernest Griolet. Tous les Lucquérands ont entendu ce nom, connaissent quelques-unes de ses excentricités, mais savent aussi qu’il a apporté une aide appréciée lors de l’incendie de juillet 1858. Profondément attaché à Saint-Luc et à la Bella-Tola, Ernest Griolet fit beaucoup pour les promouvoir par ses nombreuses relations et sélectes fréquentations. Nombreux sont ceux qui suivirent les recommandations de cet « agent touristique ».

C’est ainsi qu’il conçut le singulier projet de faire construire un phare au sommet du Rothorn de la Bella-Tola, pour guider les touristes montés de nuit. La pose de la première pierre, fixée au dimanche 29 juillet 1866, ne put être menée à terme. Suite à un véritable déchaînement des éléments naturels (tempête et neige en juillet), la cohorte des invités dut rebrousser chemin, les foudres du ciel ayant condamné le projet.

Les choses en restèrent là pendant 125 ans, jusqu’au jour où le rêve se réalisa enfin, grâce à la Société de développement de Saint-Luc qui fit ériger le phare sur le Rothorn de la Bella-Tola et l’inaugura en août 1991.

Aujourd’hui, assister au lever du soleil depuis le sommet de la Bella-Tola (3025 m) permet d’admirer de nombreux sommets de plus de 4000 mètres dont les cimes de la Couronne Impériale.

© Anniviers Tourisme - Web-design et création Yanis Chauvel