Alpages autrefois

Alpages autrefois

Dernière mise à jour le par Adriana Tenda Claude

Article rédigé par Janine Barmaz pour "Les 4 Saisons d'Anniviers"

 

col de torrent.jpg

 

 

        Alpage de Torrent

        Carte postale ancienne de Marco Epiney

 

 

 

 

 

Dans les alpages autrefois

Gérard Revey, né en 1934, a eu l’audace de se lancer dans une entreprise difficile. Il s’est mis à écrire en patois ses souvenirs de garçon, puis de jeune homme, qui travaillait dans les alpages, à la bonne saison. Il évoque pour nous les différentes activités effectuées pendant l’estivage et les fonctions des employés d’alpage.

Le choix du patois est particulièrement judicieux pour transmettre des connaissances relevant du monde de l’agriculture. En effet, c’est dans ce domaine traditionnel que la richesse de cette langue est la plus grande. De fait, beaucoup de termes patois en usage en Suisse romande ne trouvent guère d’équivalents dans le français classique. Un petit lexique, en annexe, en répertorie les principaux utilisés en Anniviers.

Cette première partie recouvre les années 1944-1949.

 

1944 è 45

Un mille nou-cen 44 ayè 10 ans. Yo chirè dolèn mosoni à l’alpazo du Marais avoiè 80 môson, è lo grand mosoni chirè oun dè Pinsec. Yo partichièvo lo matin à chatt ourè. Yo prinzièvo la brinttète in bouè - vos châdè kiè lo lassez rèstavè frè tôtè la zornivè - è dè pan è dè chèré è tzèrè dè bourrè. Oun ayè pas attra chozè por tôta la zornivè.

Commè fajièvo crouhé tien oun chè catzièvè lèi ouna grôttè (ch’apellavè la bouihè dè l’or). Oun fazièvè un petic foie por chè tènin tza è mèttrè chèkia lè dra.

Lo mosoni viniève una côcha por m’idiè à conta lè mozon è donna la châ. Rèstavè dâvoie j’ourè et aprè kontavè partic por arria.

Aprè yo chirè cholettè tankiè ver chatt ourè lo dèvèlota, aprè yo partichièvo por droumic è, lè zorè dè plozè, mètrè chèkia lès dra.

 

1946 y Mouèrrè un Torèn

Yo chiro mayo. Falièvè tenin lès vatzs au mizio, l’ayè pa dè par. Lo matin falièvè chè lèva à davoiè j’ourè por arria lè vatz tankiè à chatt ourè.

Aprè lo fruittiè faliève fère lo fromazè è lo chèré è lo bourrè. È lo vili è lo dolèn dèvéi alla vouarda lès vatz è lo paho è lo dolèn paho è lo mayo fèrè lo reck, lava lè chéllè è tôtè lèz ustensil dè coujinè è lo mêtrè ch’ocouppa dou celli, nètèyè lè frommazè.

 

 

 

1947 è 1948

Yo chiro un l’alpazè dè Nava mosoni, è dolèn mosoni chirè oun dè Vissoyè. Chirè la même tzôjà koun Marais : yo rèstavè dâvoie à trè j’ourè. Apré dèvéi partic por arria. Âyo 27 à 28 vatzès a arria tot lès zor.

 

 1949 un Nava

Un 1949, yo chiro dolèn por vouarda lè vatz è lo vili chire un di Mayo. Lo dèvèlota lo vili l’allâvè dèvant, por gouida lè vatz ou pra è copa lè choye è yo lo dolèn derri por tsasiè. È ou pra, yo alavè per dèjott por arrèra lè béyè. L’ayon l’abitudè. Miziève penden dâvoie à trè j’ourès. Aprè chiran soigniè, aprè lè partichiève doucsemen por alla droumic ayo un coin avoie chiran biein. Apré à dâvoie j’ourè dou matin y’allâvè lè kièrric chouc per derri. Yo choublavè è yo criâvè è chèn vinièvè doucsemen ba. Por arria on lès mèttièvè yienn ou par.

 

 

 

1944 et 1945

En 1944, j’avais 10 ans et j’étais petit garde-génisses à l’alpage du Marais. J’avais 80 génisses. Le garde-génisses était un de Pinsec. Je partais le matin à 7 h, je prenais la petite brante en bois de 7 à 8 litres - vous savez que le lait y restait frais toute la journée - du pain, du sérac et un peu de beurre. On n’avait pas autre chose pour toute la journée.

Quand il faisait mauvais temps, on se cachait dans une petite grotte qui s’appelait « la boîte de l’ours ». Là, on faisait un petit feu pour se tenir chaud et mettre à sécher ses habits.

Le garde-génisses venait un moment pendant la journée pour m’aider à compter les génisses et leur donner le sel. Il restait deux heures, puis il repartait pour aller traire les vaches au chalet principal.

Après, je restais seul jusque vers 7–8 h le soir, puis je partais pour aller dormir au chalet principal et, les jours de pluie, mettre mes vêtements à sécher.

 

En 1946, à Moiry, alpage de Torrent

J’étais le garçon à tout faire. Pour que les grands pâtres puissent traire les vaches, je devais les garder en rond, parce qu’il n’y avait pas de parc. Pour ce travail, je devais me lever à 2 h du matin et cela pouvait durer jusqu’à 7 h.

Une fois la traite finie, le fruitier devait faire le fromage, le sérac et le beurre. Le vacher et son aide s’en allaient garder les vaches. Pendant ce temps, le pâtre et son aide et le mayo devaient faire le ménage, laver les bidons en bois et tous les ustensiles de cuisine.

Le fruitier de son côté devait s’occuper de la cave, nettoyer les fromages.

 

1947-1948, alpage de Nava

A l’alpage de Nava, j’étais garde-génisses et le petit garde-génisses était un de Vissoie. Les activités étaient les mêmes qu’à l’alpage du Marais. À mon tour, je restais 2 à 3 heures avec le petit garde-génisses. Après, je devais repartir pour la traite. J’avais 27 à 28 vaches à traire chaque jour.

 

 

En 1949, l’alpage de Nava

J’étais aide pour garder les vaches et le vacher était un de Mayoux. Vers le soir, le vacher allait devant le troupeau pour guider les vaches au pré et « couper les repas » c’est-à-dire partager le pâturage en secteurs. Moi, je suivais le troupeau pour chasser le bétail. Au pré, mon rôle était de contourner les bêtes par en dessous afin de les maintenir dans le bon secteur. Elles avaient l’habitude. Elles mangeaient pendant 2 ou 3 heures. Quand elles s’étaient soignées, elles partaient doucement pour aller dormir dans un coin où elles étaient bien.

A 2 h du matin, je devais aller les chercher et je montais par derrière le troupeau. Je sifflais et je criais et elles s’en venaient en bas doucement dans le parc pour la traite.

 

 

 

Quelques mots du vocabulaire spécifique de l’alpage

dolèn mosoni : aide garde-génisses

mosoni : garde-génisses

mayo : garçon à tout faire

mizio : endroit où les vaches étaient rassemblées pour la traite, quand il n’y avait pas de parc

fruittiè : fromager

vili : vacher, responsable du troupeau de vaches

dolèn : petit vacher

paho : employé qui fabriquait le sérac

dolèn paho : aide du précédent

copa lè choye : « couper les repas » c’est-à-dire partager le pâturage en secteurs, correspondant chacun à un repas du bétail

 

Gérard Revey et Janine Barmaz 

© Anniviers Tourisme - Web-design et création Yanis Chauvel